Pourquoi j'écris

 

Quand je lis les quelques commentaires que je reçois sur mes textes, je sais pourquoi j'écris.  Est-il nécessaire de vous dire le bonheur et la joie du partage des mots ?

J'écris uniquement sur ce qui me touche. J’ai besoin de sentir pour écrire. J’ai besoin de vibrer pour livrer. Écrire est la forme d’expression que je préfère. Partager mes mots me permet de mieux me connaître et de tenter de comprendre les méandres compliqués de l’âme humaine. Fouiller les motivations, extirper les émotions, exposer les contradictions me passionnent. Je ne veux pas écrire que pour rapporter des faits. Les faits, je les enrobe de "pourquoi" et de "comment" plutôt que de ne citer que les "où" et les "quand". Les "pourquoi" et les "comment" constituent la trame de fond de tous mes textes. Les "où" et les "quand" ne servent qu’à situer les personnages, à leur donner une forme humaine dans le temps et dans un lieu. Les détails de l’endroit et du moment sont secondaires et ne viennent que donner un cadre à mon récit.

Chaque être humain constitue une histoire aux milles facettes. Chaque événement cache un drame, une joie, un tourment ou un bonheur. J’aime sonder, aller au fond, chercher à comprendre et partager mes idées et mes découvertes. Car sans partage, rien n’est possible. Sans ce besoin de l’eau qui coule et qui revient, habitée d’un autre reflet que le mien, la vie est sans saveur. Dans mes écrits, je parle de vous, de moi, de lui et de nous. Dans mes écrits, je parle de rires, de larmes, de deuils et de joies. Dans mes écrits, je parle d’amour et de vie. J’aime susciter une émotion par mes mots. J’aime toucher l’autre pour la richesse d’un échange à entretenir. Écriture et partage sont pour moi synonymes. L’écriture pour contrer l’ennui et le partage pour attiser des parcelles de chaleur humaine. Mes mots me guident vers l’autre et les mots des autres me nourrissent et me réchauffent.

Dans mon écriture, je m’inspire des motivations qui habitent et qui font agir ou réagir les êtres humains. Ce qui me pousse à écrire, c'est tenter de me comprendre et de comprendre mes semblables. De disséquer les pourquoi de l’action ou les comment d’une démarche. Comment le personnage vit et aime, comment il entre en interaction avec les autres, pourquoi il nie la réalité ou comment il voit son chemin d’ombre et de lumière. Qu'elle est son essence profonde, ses blessures d’enfance, son cheminement et sa vision de la vie.

Quand j'écris, je veux traduire un état d’âme, un état d’être avant de décider du sexe, de l’âge ou du contexte. Je veux rendre une émotion avant de décrire la couleur ou la saison.

Mes sources d’inspiration sont multiples : union, rupture, deuil, bonheur, naissance, joie, suicide, tendresse, violence, égoïsme, générosité, amour et haine. Je puise dans ma vie et dans la vie de ceux et celles que je côtoie ou que j'observe.

L’être humain est la source à laquelle je m’abreuve.

Source inépuisable et insondable...

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Logo Google






Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site